Spartakus, queer et subversif


L’ IGLHRC demande à l’Iran l’abolition de crime de sodomie
July 20, 2007, 10:22 am
Filed under: Death Penalty, Gay, Homophobie, Iran, Peine de mort, Queer

sharksodomie.jpg

(New York, 18 juillet 2007) – En dépit d’un tollé largement dénoncé il y a deux ans quand les autorités iraniennes ont exécuté deux jeunes hommes dans la ville du nord-est de Mashhed, le gouvernement continue à rechercher, arrêter, poursuivre, et exécuter des individus en vertu de la loi punissant le crime de sodomie. La Commission Gaie et Lesbienne Internationale de Droits de l’Homme (IGLHRC) condamne les violations des droits de l’homme par l’Iran et demande que des groupes travaillent partout dans le monde sur le sujet.

En dépit des demandes de lesbiennes, des groupes de droits de l’homme, de gay, bisexuels et transgenres (LGBT), le gouvernement iranien continue à arrêter, poursuivre, et exécuter des personnes pour sodomie. Deux jeunes hommes dans la ville de Gorgan ont été exécutés pour ce motif, le 16 novembre 2006, l’agence de linformation gérée par l’Etat d’Iran (IRNA) a publié une histoire au sujet de l’exécution publique d’homme condamné de la sodomie dans la ville occidentale de Kermanshah.

L’IGLHRC condamne l’exécution des individus pour crime sexuel, y compris la sodomie. Les exécutions constituent le traitement cruel, inhumain, et dégradant en vertu du droit international. Mais le problème supplémentaire est que l’Iran semble accuser arbitrairement de crime de sodomie des individus perçus comme gays. L’utilisation systématique de la torture, des confessions obligatoires, et du traitement inhumain des détenus accable le système criminel et juridique iranien.

Le refus des autorités iraniennes de permettre à la recherche indépendante d’examiner la situation de droits de l’homme en Iran rend impossible à IGLHRC et d’autres organismes de vérifier plusieurs les frais allégués.

Le droit pénal iranien continue à se rapporter à la « sodomie » comme crime sérieux, punissable de mort. Ceci viole des traités internationaux, y compris l’engagement international sur les droits civiles et politiques (ICCPR), que l’Iran a ratifiées en 1976.

Le Comité de droits de l’homme a déterminé en 1994 que les lois punissant le crime de sodomie violent les droits de l’homme internationaux.

Hossein Alizadeh, halizadeh@iglhrc.org

IGLHRC Condemns Iran’s Continued Use of Sodomy Laws To Justify Executions and Arbitrary Arrests.


Leave a Comment so far
Leave a comment



Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s



%d bloggers like this: