Spartakus, queer et subversif


Ce que le cas de Pegah Emambakhsh nous apprend

cequelecas1.jpg

Ce que le cas de Pegah Emambakhsh nous apprend

Roberto Malini – Every One Group | 05.09.2007 00:12

Chers amis, notre proposition d’envoyer des fleurs à Pegah Emambakhsh a été relayée par des centaines de personnes partout dans le monde. Les bouquets magnifiques de roses, de lys et d’orchidées ont remonté son moral. Pegah vous sent tout près d’elle et votre présence lui donne courage et espoir en l’avenir. Pendant ce temps, le monde parle beaucoup de son cas. Le cas de Pegah Emambakhsh a montré que l’Europe a abandonné depuis longtemps la voie du respect des Droits de l’Homme. La crainte du combat entre les différentes cultures et le soupçon envers les autres ont lentement plongé notre civilisation dans un marais culturel et social. Les gens voient des ennemis partout. Les valeurs de la liberté ont été remplacées par celles, ambiguës et dangereuses, de la sécurité. Dans un scénario de terreur aveugle, nos dirigeants sans scrupule se nourrissent des fantômes des armes de destruction massive, des tentatives d’assassinat, de l’invasion démographique et de la chute de la civilisation occidentale, du racisme et de la xénophobie pour mener à son apogée leur puissance. Comme dans les années 1920 et 1930 (en Allemagne), la famille et la nation sont présentées par les gardiens de la mort comme un rempart contre la chute. Les personnes condamnées par cette société malade sont une fois de plus les personnes faibles, les pauvres, les personnes différentes, ils ne sont pas lapidés par les régimes fondamentalistes, mais par les nations dans lesquelles nous vivons. Le cas de Pegah nous fait comprendre que nous perdons les principes sur lesquels le monde libre est fondé : le respect des droits, traditions, opinions et rêves de l’humanité. Nous avons créé des lois immortelles, comme la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ou la Convention du Statut des Réfugiés, lois qui nous guident pour traiter les minorités de façon juste, lois qui nous aident à échapper à la barbarie, lois qui nous indiquent comment construire un monde équitable, où chacun a la possibilité de s’exprimer et d’essayer d’être heureux. Mais aujourd’hui nous oublions ces lois sacrées. Le cas de Pegah Emambakhsh nous a montré que «l’information» (les médias), qui est la voix de nous tous, n’est plus un bien public, mais un instrument à la gloire des pouvoirs. Le Royaume-Uni, ces dernières semaines, est un exemple clair de ce déclin de l’information. Les vicissitudes de Pegah incarnent toutes ces valeurs que nous avons perdues. C’est une histoire d’amour, de courage, de quête de justice, de solidarité et en même temps une histoire de violence, de douleur, de mort et d’injustice. Le monde entier parle d’elle. On en parle dans les maisons où les gens se sont impliqués pour Pegah, et qui lui envoient des cartes postales et des fleurs. Fleurs qui ont pour destination Yarl’s Wood ! Au niveau politique le plus élevé, où l’on se demande comment il est possible qu’un état civilisé ait organisé des déportations de réfugiés vers la torture et la mort, comme dans les périodes les plus sombres de notre histoire. Mais la presse et la télévision du Royaume-Uni ont essayé de cacher l’histoire de Pegah par le silence. Un silence coupable, qui sera brisé, nous espérons, par certains journalistes courageux ou bien par un patron de presse qui a encore de la conscience. Quant à nous, nous avons été contactés par des journalistes britanniques et aussi interviewés par une télévision importante. Aucun mot de ceux que nous avons prononcé n’a été édité ou diffusé. Il y a une puissance plus forte que la liberté d’expression, de parole et d’information. Le cas de Pegah Emambakhsh, chers amis citoyens du Royaume-Uni, nous prouve que non seulement vous pouvez aider les hommes qui vous gouvernent à retrouver le chemin de la civilisation, mais aussi que vous pouvez aider tous ceux qui devraient fournir des informations à le faire avec honnêteté, comme des hommes libres, comme des hommes dotés de compassion et non pas comme des domestiques pour les puissants, particulièrement maintenant que les puissants se changent en bourreaux. Les citoyens du Royaume-Uni demandent vérité et justice. Exigez vérité et justice et si elles ne sont pas garanties, alors changez les hommes qui vous gouvernent et les hommes qui vous informent, jusqu’à ce que vous ayez le privilège d’exercer enfin la démocratie. D’un autre côté, alors que vous êtes distraits par des nouvelles stupides au sujet de Ronaldo (ce n’est qu’un exemple), vous les laissez libres de détruire tout votre patrimoine de vérité et de justice construit par des siècles de civilisation, de pensée et de progrès.
Groupe Every One, Roberto Malini. Traduction HJL, 6 septembre 2007.
www.annesdoor.com

P.S. : Pendant ce temps, Pegah attend avec inquiétude que justice soit faite. Nous vous invitons à lui envoyer des lettres et des cartes postales, qui l’aideront à passer sereinement le temps jusqu’à la décision des juges d’appel.
Écrire à l’adresse suivante :
Pegah Emambakhsh
Yarl’ s Wood Immigration Removal Centre,
Twinwood Road,
Clapham, Bedfordshire MK41 6HL,
United Kingdom



Appel urgent au Conseil de l’Europe pour Pegah Emambakhsh

conseileurope1.jpg

Rome, 3 septembre 2007
Un nouvel appel pressant en faveur de Pegah Emambakhsh a été envoyé au Conseil de l’Europe. Le groupe Every One a écrit au Secrétaire Général du Conseil de l’Europe, Terry Davis, et au Vice-secrétaire Général du Conseil de l’Europe, Maud de Boer Buquicchio, en demandant formellement d’intervenir rapidement sur le cas de la citoyenne iranienne pour sa désincarcération immédiate et de faire pression afin qu’on lui concède l’asile définitif.
Jusqu’ici les propositions d’asile des personnalités politiques italiennes à travers le canal diplomatique et la pression sur le gouvernement britannique pour offrir son secours à Pegah qui demande asile selon la convention de l’ONU de Genève de 1951 (et le protocole additionnel de 1967) relative au statut de réfugié ont été nombreuses. Puis, il y a quelques jours, Londres a décidé d’expatrier la réfugiée dans la République Islamique.
Dans son pays, Pegah est d’abord condamnée à 100 coups de fouet avec un nerf semi-rigide et lacération (une punition qui blesse le corps de la condamnée et qui souvent s’avère mortelle par hémorragie interne) puis à la phrase de lapidation, puisqu’elle s’est déclarée lesbienne et a demandé notre aide, attitude que la loi iranienne accuse d’immoralité et de conspiration, deux crimes capitaux. D’ailleurs le code pénal local considère aggravant le fait que Pegah ait été mariée : une femme mariée qui se rend coupable d’«actions immorales» avec une personne du même sexe, est de fait condamnée à mourir, précipitée du haut d’une falaise.
Quelques jours avant le départ de Pegah, l’association Assist de Sheffield a contacté quelques groupes et, en particulier, l’IRQO (Iranian Queer Organization) et le groupe Every One (Italie), faisant naître une campagne internationale, répandant des appels, envoyant des articles à la presse et aux sites d’information libre, et des personnalités politiques et intellectuelles importantes se sont impliquées. La réponse internationale a été formidable : ces voix sont parvenues au Royaume-Uni, au vrai seigneur, le premier ministre britannique Gordon Brown. Le « vol de la mort » de Brittish Airways a été donc annulé au dernier moment.
Les media italiens ont consacré leurs premières pages et de larges espaces au cas de Pegah, le maire de Venise, Massimo Cacciari, et celui de Rome, Walter Veltroni, ont offert l’asile et une maison à la réfugiée, de nombreux parlementaires ont soulevé le problème sur la scène politique et quelques ministres ont lancé au Royaume-Uni une proposition pour recevoir Pegah en Italie.
Le chef de l’Office politique de l’Ambassade Britannique à Rome, au nom du Royaume-Uni, a convoqué les activistes du groupe Every One, Roberto Malini, Matteo Pegoraro, Dario Picciau et Steed Gamero, leur assurant que le cas serait évalué dans le plein respect de la convention de Genève et de la Déclaration des Droits de l’Homme qui garantissent le respect, la dignité et la vie de la réfugiée.

Esteri, pour ADN Kronos International.
Traduction : HJL, 4 septembre 2007.



Interview de Pegah Emambakhsh – Plutôt mourir que retourner en Iran

pegainterview2.jpg

Interview de Pegah Emambakhsh : Plutôt mourir que retourner en Iran
La Repubblica, 26 agosto 2007
Auteur: Paola Coppola
Titre: «Meglio morire che tornare in Iran»

Pegah Emambakhsh a peur. Elle sait que raconter son histoire peut lui coûter la vie. Elle l’a fait devant un juge et on ne l’a pas cru. Et toujours redire qu’elle ne veut pas retourner en Iran, revivre une expérience terrifiante : l’évasion, une attente de deux ans, le rêve d’une vie vécue à la lumière de son homosexualité, puis la prison et la terreur de revenir dans ce pays où elle a laissé deux fils, nés d’un mariage forcé, et le souvenir de son ancienne compagne, qu’il a été arrêtée, torturée et condamnée à la lapidation. Pegah est éprouvée. Le 13 août, elle a été incarcérée au centre de détention de Yarls Wood près de Sheffield, où elle a tenté de s’ôter la vie. Elle est fatiguée, mais depuis quelques jours, elle a recommencé à espérer que finalement, mardi prochain, elle ne montera pas dans cet avion de la British Airways en direction de Téhéran.
Cela fait deux ans qu’elle est déchirée entre le désir de vivre dans un pays libre et la crainte de devoir retourner en Iran. Comment a-t-elle vécu, jusqu’ici, cette attente ?
«Je suis fatiguée. Au début, j’étais pleine d’espoir, même si j’étais préoccupée pour mon père et que mes fils me manquent. J’avais appris que le Royaume-Uni était un pays ouvert, un pays qui reçoit tout le monde. Par conséquent, j’ai décidé de venir ici et j’ai demandé l’asile. À Sheffield, j’ai trouvé des amis qui m’ont aidée. De temps en temps, il m’a semblé que tout allait pour le mieux et que ma demande allait être acceptée, à d’autres moments, ils me disaient l’inverse, que le Home Office ne m’avait pas cru et qu’ils me forceraient à retourner en Iran. En ces moments-là, j’ai désiré mourir.»

Selon toi, pourquoi, est-ce qu’ils ne t’ont pas cru ?
«Je ne le sais pas. Je me suis échappée parce que je suis une femme lesbienne, parce que j’avais moi-même de l’amour pour une autre femme et que c’était de plus en plus difficile de nous cacher. Puis elle, elle a été arrêtée. Là, si je ne m’étais pas trouvée dans cette situation, je ne serais pas partie, parce que je suis très attachée à ma terre et que je voulais le bonheur de mes fils. Eux, ici, ils voulaient des preuves, mais je ne savais pas quelles preuves apporter».
As-tu eu des nouvelles de ta compagne après son arrestation ?
«Oui. elle a été interrogée et condamnée à la lapidation, parce qu’elle a été jugée comme une femme immorale. J’ai toujours beaucoup de mal à parler d’elle».

Sur son cas un mouvement a été créé : beaucoup de personnes, des proches, ont souffert avec elle, ont protesté, ont envoyé de lettres au Home Office, aux gouverneurs, aux ambassades. Ils demandaient au Royaume-Uni de lui accorder l’asile parce que cela leur semblait juste.
Tu as du te sentir moins seule ?
«Oui, ces voix m’ont aidée à espérer toujours plus. Mais quand ils m’ont emmenée à Yarls Wood, je n’ai fait que penser à la mort. Je n’ai plus eu de foi et j’ai souhaité mourir pour ne pas retourner en Iran où quelque chose m’attendait, de beaucoup plus dur, et de beaucoup plus douloureux que la mort. Je crois en la bonté de Dieu et à un moment, est arrivé un miracle.
»
«Pegah», m’a dit un jour au téléphone, un de mes amis, «tout le monde parle de toi. Un mouvement est né qui demande à te sauver la vie. Ton nom est dans journaux, sur Internet, ton nom est dans la bouche de tous». Tant de personnes se sont intéressées à moi, même un membre du Parlement anglais ! J’ai non seulement découvert avoir des amis dans les mouvements anglais pour les droits des homosexuels, mais également en Italie. La personne qui me suit ici et qui m’aide à Sheffield a donné un nom pour ces personnes : Friends of Pegah Campaign, Les Amis de campagne de Pegah.
En Iran les homosexuels sont obligés de se cacher parce que s’ils sont découverts, ils risquent la torture, et la douleur de cent coups de fouet et, s’ils récidivent, c’est la lapidation ou la pendaison.»
Les gays et les lesbiennes iraniens suivent son cas avec ferveur et ils la considèrent comme un symbole.
Que ressens-tu en pensant à eux ?
«Souci et angoisse. J’espère seulement que les choses vont changer, que les lois vont changer».
As-tu un message pour les autorités qui peuvent accorder asile aux homosexuels ?
«De sauver leur vie ».
Elle a été condamnée en raison de sa façon d’aimer, seulement parce qu’elle est differente de celle de la majorité. Elle a eu le courage de le dire à tout monde.
Que représente pour toi l’amour ?
«C’est la chose la plus importante. Grâce à l’amour, la plupart des hommes et des femmes créent une famille et réalisent leur vie. Ce fut l’amour qui a guidé ma vie et quoi qu’il arrive, ce sera l’amour qui me guidera.».
Si ton épreuve se conclut favorablement et que tes droits sont reconnus, as-tu déjà pensé au futur, et quels rêves voudrais-tu réaliser ?
«Je voudrais marcher au milieu des gens, m’observer au dessus de mes épaules, et répéter à l’intérieur de moi-même :
Je suis libre.»

Traduction HJL, 27 août 2007.
Merci au Groupe Every One, merci à La Manica Tagliata.

Compte-rendu du sit-in de Rome par Michael Petrelis
Vidéos du sit-in de Rome



Save Pegah

L’ambassadeur britannique en Italie a déclaré : “Nous ne déporterons pas Pegah s’il y a un risque pour elle.”

Forte mobililisation italienne, celle du groupe Every One.

Site d’Every One

Michael Petrelis propose aujourd’hui d’envoyer une lettre à Jacqui Smith de l'”UK Home Office”.

Pour sauver Pegah, écrire maintenant !
Un appel a été publié par les amis et les défenseurs de Pegah Emambakhsh pour écrire à l'”UK Home Office” avant vendredi 24 août.
Il est préférable que les lettres soient envoyées par fax à son bureau à Londres, mais n’hésitez pas à envoyer des email ou des fax.
Le texte ci-desssous est proposé, il est possible de le modifier, et inclure le numéro de référence de Pegah qui est : B1191057.
Envoyer les email à :
smithjj@parliament.uk
homesecretary.submissions@homeoffice.gsi.gov.uk.
Des fax doivent être envoyés à : + 44 (0) 207 035 3262.

August 23, 2007
The Right Honorable Jacqui Smith MP
Home Secretary
London, UK
Home Office reference number: B1191057

Dear Madame Secretary Smith:
I write today to beg you to grant Pegah Emambakhsh an immediate stay of deportation, allow her to remain in the UK, and permit her attorneys to submit new evidence regarding her request for asylum.
Ms. Emambakhsh is a lesbian Iranian national who sought asylum in the UK in 2005, but the claim failed despite appeals and authorities arrested her in Sheffield on Monday 13th August 2007. She now faces deportation to Iran on 27 August 2007 and I am deeply concerned for her, if the UK deports her to the Islamic Republic of Iran.

If returned to Iran, she faces certain imprisonment, likely severe lashings and possibly even stoning to death. Because of her lesbian identity, she is considered a criminal in her native country.
She managed to escape from Iran, after her female lover was arrested, tortured and subsequently sentenced to death by stoning. Her father was also arrested and interrogated about her whereabouts. He was eventually released but not before he had been tortured himself. These facts do not bode well for her personal safety, if the UK succeeds in deporting her.

Ms. Emambakhsh has a more than well founded fear of persecution if she is returned to Iran. She belongs to a group of people – gays and lesbians – who, it is well known, are severely persecuted in Iran.

According to Iranian human rights campaigners, many lesbians and gay men have been executed since the Ayatollahs came to power in 1979.

The UK Border and Immigration Agency (BIA) has chosen not to believe that she is in danger if returned to Iran, even though the UK government is well aware of the terrible situation that gay people face there.

The BIA will be committing a serious miscarriage of justice and a gross human rights violation if they proceed with Ms Emambhaksh’s deportation.
Please issue an immediate stay of deportation for her, so that her new solicitors can provide the Home Office with fresh evidence and testimony from expert witnesses.

Sincerely yours,
Michael Petrelis
San Francisco, CA, USA

Un grand merci à tous ceux qui bloggent au sujet de Pegah et à ceux qui ont déjà écrit aux fonctionnaires du gouvernement britannique, et aux nombreuses personnes qui écriront à Jacqui Smith d’ici vendredi.
Michael Petrelis (Trad. HJL)



Le cas de Pegah Emambakhsh est désespéré

pagah14.jpg

L’association des droits de l’homme EveryOne Group et l’Iranian Queer Organization (IRQO) appellent à une mobilisation internationale urgente en vue de l’expulsion d’Angleterre, le jeudi 23 août, de la lesbienne iranienne Pegah Emambakhsh. Nous rappelons que son amie a déjà été lapidée en Iran et son père torturé. IRQO demande «aux Nations unies, à l’Union européenne, aux gouvernements, organisations nationales et internationales et à tous les défenseurs des droits de l’homme de protester contre la politique» de Londres, qui n’en est pas, selon l’organisation, à sa première expulsion de LGBT iraniens. Afin d’exercer une pression sur le gouvernement britannique, IRQO suggère aux citoyens de se rassembler devant les ambassades anglaises et de leur envoyer de nombreux fax et courriels.

Pegah Emambakhsh est une lesbienne iranienne dont le cas de réfugié a été rejeté par le gouvernement britannique et, par conséquent, sera déportée à Téhéran jeudi, le 23 août 2007. Actuellement, elle est gardée en détention par les fonctionnaires britanniques. En ce moment, Pegah connaît une situation très dangereuse. Si elle est envoyée en Iran, il y a de grandes chances, en raison de son orientation sexuelle et sa vie passée en Iran, qu’elle soit condamnée à mort. De nos jours, nous pouvons remarquer que les grands nombres de jeunes gens iraniens sont arrêtés seulement pour ce qui est considéré comme de style occidental par les fonctionnaires islamiques. Concernant le dernier discours donné par le “General and Revolutionary Prosecutor” de Téhéran, Saeed Mortazavi, par rapport à l’homosexualité et aux procédures juridiques qui lui sont appliquées en faisant face à ceux qui se manifestent comme homosexuels dans la société, en plus des paroles récentes du chef religieux de l’Iran et du “Secretary of Iran’s Council of Guardians”, qui dénoncent l’homosexualité et ses déviences sociales, il semble évident que Pegah, dont le nom a récemment été cité de nombreuses fois dans de nombreux sites Internet et dans beaucoup de langues, est exposée à un danger sérieux.
Pourtant, ce n’est pas la première fois que le gouvernement britannique se livre à la déportation de lesbiennes iraniennes, gays, bisexuals et transgender en Iran. Le gouvernement islamique d’Iran a été constamment condamné sur l’échelle internationale pour violer les principaux droits de l’homme. Donc, en faisant de tels pas arrières, le gouvernement britannique, agit comme un associé du Régime Islamique d’Iran et viole les droits de l’homme fondamentaux les plus importants.
En fait, en le faisant, le gouvernement britannique fait une brèche à la Convention de 1951 des Nations Unies dans lequel le retour de n’importe quel réfugié dans son pays d’origine, s’il y a un danger de torture et de mort est interdit.
L’IRQO conseille aux Nations-Unies, à l’Union Européenne, à tous les Gouvernements, aux Organisations nationales et internationales et à tous les Détenteurs des Droits de l’homme de continuellement protester contre cette politique qui a été poursuivie par le gouvernement britannique et peut-être, dans cette situation particulière, c’est la seule façon de sauver la vie de Pegah.
Nous n’avons pas beaucoup de temps.
Pegah ne doit pas être déportée en Iran.
Dans ce temps très court, manifestons devant les ambassades britanniques à travers le monde et envoyez le plus grand nombre de courriers électroniques et de fax, c’est la seule solution appropriée et l’aide la plus logique à sa situation terrible.
Demandez s’il vous plaît à vos gouvernements de la représenter, elle, Pegah, et les autres demandeurs d’asile et de défendre leur droit quand c’est nécessaire.

EveryOne Group encourage par ailleurs à signer son appel en envoyant un e-mail (avec nom, prénom et pays) à l’adresse matteo.pegoraro@infinito.it ou roberto.malini@annesdoor.com, avec comme objet «Appeal case Pegah Emambakhsh».

Message IRQO

Michael Petrelis

Pegah Emambakhsh sera deportée par le “British Government” jeudi 23 août sur le vol “British Airways” vers Téhéran (BA 6633) qui partira de Londres Heathrow at 21:35.

Dernière minute :
Nous venons d’avoir quelques bonnes nouvelles. Richard Caborn a persuadé le Ministère de l’Intérieur pour reporter la déportation de Pegah jusqu’à mardi, le 28 août.

Sarah Lawrence (RC’s PA, Royal Crown Public Advocate-Defender) vient d’annoncer, “que Pegah ne sera pas déportée avant mardi 28 août.”
Wilson and Co (avocats) s’occupent actuellement des affaires de Pegah, et Sebastian de l’UKLGIG (Groupe d’Immigration Gay et Lesbienne Britannique) s’attendent à en savoir plus ce soir.
À tous, merci de votre soutien, nous ne pouvions rien faire sans vous. Nous devons toujours continuer la campagne et ne pas fléchir.
Lesley Boulton
+44 114 242 4996
07733021087

PS : Le personnel de l’Immigration a prévenu Sarah Lawrence qu’ils avaient entendu dire qu’il y aurait une manifestation à l’aéroport, et que ceux qui l’organisent seront officiellement poursuivis.

Voir le sujet : Pegah Emambakhsh Iranian lesbian deported from UK and faces death by stoning



L’Iran épargne la peine capitale à deux adolescents homosexuels

ahadmilad.jpg

L’Iran épargne la peine capitale à deux adolescents homosexuels
Par Michael Petrelis, San Francisco, 15 août 2007.

L’an passé, j’ai fait la connaissance de Lily Mazahery, une juge irano-américaine, avec qui nous avons un objectif commun, celui d’arrêter les exécutions dans la République Islamique d’Iran.
Lily Mazahery se consacre beaucoup aux femmes condamnées à mort en Iran, et elle est également préoccupée par la peine capitale que ce pays inflige aux homosexuels et aux adolescents.

Aujourd’hui, Lily Mazahery rapporte qu’une cour de Téhéran a commué la condamnation à mort de deux adolescents iraniens en une peine de prison de 10 ans, ce qu’elle voit comme un pas positif géant au regard des normes civilisées des droits de l’homme.
Elle n’utilise pas les mots gays ou homosexuels, mais « abus sexuel de même-genre ».

Voici le rapport de Lily Mazahery:

Alors que les experts continuent le débat au sujet de la condamnation récente par deux juges de Téhéran, qui soutiennent que la condamnation à mort d’un garçon de 15 ans, Nosrat, doit être commuée parce qu’il n’a pas atteint la maturité mentale requise, dans une autre affaire, les juges de la branche 74 de la cour criminelle générale de la province de Téhéran, ont utilisé le même raisonnement pour commuer les condamnations à mort de 2 autres adolescents. Ils ont été condamnés à 10 ans d’emprisonnement chacun.
L’année dernière, un garçon de 12 ans, avec son père, a porté plainte au commissariat de police contre deux garçons appelés Ahad et Milad, et il les a accusé d’abus sexuel.
« Je rentrais de l’école quand j’ai vu Ahad et Milad dans la rue. Ils m’ont dit qu’il y avait un écureuil sur le toit d’une maison. Puisque j’aime des animaux, je leur ai demandé me montrer l’écureuil. Nous sommes entrés dans un jardin et nous sommes montés sur le toit. Là, il n’y avait aucun écureuil. Au lieu de cela, Ahad et Milad « ont abusé de moi » et puis m’ont laissé partir. »
Basé sur cette plainte, la police a arrêté Ahad et Milad pour viol et abus sexuel. Lors de la première enquête, Ahad et Milad ont admis qu’ils avaient sexuellement maltraité le jeune garçon.
Quand le médecin a confirmé l’abus sexuel, Ahad et Milad ont été interrogés de nouveau par les autorités…
Par la suite, Ahad et Milad ont nié après avoir maltraité sexuellement jeune garçon. Mais qu’ils voulaient seulement leur montrer l’écureuil sur le toit.
Les adolescents accusés, qui ont 16 et 17 ans, ont ensuite toujours maintenu leur innocence. En conséquence, 2 des 5 juges de la branche 74 de la cour criminelle générale de la province de Téhéran, ont condamnés à mort par pendaison Ahad et Milad.
Cependant, la majorité des juges a refusé cette condamnation à mort, notant leur jeune âge au moment de l’incident, et aussi car ils avaient nié les faits à 4 occasions différentes.
Les juges ont alors décidé de les condamner à 10 ans de prison.
C’est la deuxième fois en un mois que les juges de la cour criminelle de la province de Téhéran ont refusé d’exécuter des accusés dont les crimes avaient été commis alors qu’ils avaient moins de 18 ans. Les juges se sont basés sur l’argument que, au moment des crimes allégués, les accusés ont manqué de maturité mentale pour comprendre la nature de leurs actions.
Les activistes des droits des enfants en Iran considèrent ces étapes positives pour établir des normes juridiques qui protègent les contrevenants mineurs en accord au Droit International de l’Enfance.
Les cas de Nosrat, 15 ans, Ahad, 16 ans, Milad, 17 ans ont été transférés à la cour suprême d’Iran pour révision. Les experts espèrent que la cour suprême confirmera ces peines inférieures et qu’à l’avenir les peines capitales seront évitées pour les adolescents.

S’agit-il encore de “mensonge utile” ?



Sizakele Sigasa et Salome Masooa assassinées, Liberation 4 all Africans

L’IGLHRC et «Liberation 4 all Africans» (Libération pour tous les Africains) mène une veille (vigil) pour honorer les activistes LGBT assassinées et pour protester contre les crimes contre les lesbiennes en Afrique du Sud. L’IGLHRC soutient le travail d’autres organismes d’activistes en diffusant les informations importantes sur les questions des droits de l’homme affectant les communautés LGBT dans le monde entier.
(New York, 8 août 2007) – Le 14 août 2007, les membres de «US-Based Liberation 4 all Africans Committee» tiendront un vigil pour protester contre le taux croissant de crimes contre les activistes lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) et de HIV/SIDA en Afrique du Sud, et dans tout le continent.
Exaspérés, par le double meurtre non résolu le 7 août 2007, de Sizakele Sigasa et Salome Masooa, en solidarité avec le «Joint Working Group», «The Alliance for Campaign 07-07-07», tous les organismes LGBT d’Afrique, les groupes des droits LGBT internationaux et toutes «personnes de conscience» autour du monde condamnent l’impunité avec laquelle des crimes de haine contre des Africains LGBT sont commis.
Nous honorons les vies de Thokozane Qwabe, Sizakele Sigasa, Salome Masooa, Simangele Nhlapho, Madoe Mafubedu, Zoliswa Nonkonyana, Eddy Fannyann, Erelu Oludare Odumuye et tout ceux qui sont morts en raison des crimes de haine et/ou du manque d’accès aux médicaments et aux soins du HIV. Nous nous joignons aux familles et aux amis de toutes les victimes et survivants des crimes de haine en exigeant des investigations complètes et opportunes sur tous les cas rapportés, et la condamnation de tous les malfaiteurs de ces actes ignobles. Nous nous joignons aux communautés LGBT d’Afrique du Sud, lors de la journée nationale des femmes, 9 août 2007, et nous réclamons l’arrêt de toutes formes de violence contre les femmes et les jeunes filles, les personnes « non conformes de genre », et les membres des communautés LGBT. Nous exigeons des services médicaux décents et des traitement pour les personnes qui vivent avec le HIV/SIDA, et la fourniture du «post-exposure prophylaxis» (PEP) pour les victimes de viol.
Après avoir été encouragés en 1996, par de la nouvelle déclaration des droits sud-africaine prévoyant la non-discrimination sur le genre et l’orientation sexuelle, nous sommes profondément déçus par la tendance naissante du silence des délégations sud-africaines de l’ONU au sujet des Droits Internationaux LGBT, et plus récemment le 20 juillet 2007, au Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC). Nous ne resterons pas passifs au sujet des vies de nos leaders les plus courageux et marginalisés.

Contact : Kagendo Murungi : +1-646-287-5394
email : kagendo2003@yahoo.com
Doyin Ola : +1-917-952-0347 ; email : doyino@hotmail.com
«Liberation 4 all Africans» est un comité de lesbiennes africaines, gays et transgenres basé aux USA.
http://www.myspace.com/liberation4allafricans
africanliberation@gmail.com