Spartakus, queer et subversif


Iranian Exactions

kavoussifar25-72.jpg

lashiran2.jpg

emambakhsh1.gif

hamid-ollah-toutazahi.jpg

ahwaz.jpg

khatami.jpg

shahinportofeh41.jpg

oomid4.jpg

pendaison2207071.jpg

ahwaziexecutions.jpg



Iran : Télédiffusion de l’exécution des 12 hommes condamnés à mort le 22 juillet 2007

[livevideo id=D478E5E9F47549CD95114CACDA123E70]

Le 11 août 2007, ont été diffusées à la télévision iranienne la pendaison des douze condamnés à mort du 22 juillet 2007.
Jusqu’à présent, n’avaient été diffusées que des images de leurs visages et quelques entretiens.
Aujourd’hui, les images de la télévision iranienne, les montrent morts, au bout de la corde.
Nous avions relatés ces cas dans deux articles :
Exécution de 12 hommes le 22 juillet 2007
Les 12 du 22
Parmi ces hommes, nous rappelons, que de prime abord, six d’entre-eux avaient été accusés d’homosexualité.

Des organismes internationaux importants comme l’IGLHCR ont été avertis et plusieurs actions ont été ménées partout dans le monde (Les Global Gay Solidarity Days, les 3 et 4 août).

Depuis mai et juin 2007, l’Iran est victime d’une très grande campagne de “moralisation” et les arrestations et condamnations arbitraires se succèdent. Le quota des condamnées à mort de 2007 a déjà dépassé celui de 2006 (170). Les victimes sont des hommes, homosexuels, opposants ou rebelles, des femmes et des enfants. L’Iran est un des rares pays à condamner à mort les enfants.

Ce régime est une régime de terreur avec plusieurs milices (les Bassidji), mais depuis mai de nombreux civils furent torturés et exécutés par des miliciens Shia venus du Liban pour remplacer les gardiens des prisons de Evin Prison, Rajaie Shahr Prison, and Kahrizak.
Les miliciens Shia (en fait synonymes de Shiites) sont présent au Liban, en Iraq et en Iran.

Ahmadinejad, qui est le bras des Mollahs, essaie d’accroître son pouvoir par une nouvelle “chaîne de meurtres”. Ces hommes ont tant à se reprocher et leurs mains sont si remplies de sang et de responsabilités coupables que la communauté internationale ne peut plus rester muette.
Nous appelons les Iraniens expatriés et influents (ceux qui ne sont pas corrompus, menacés ou muselés, voir le “taghieh”) à crier leur révolte, nous appelons Ban Ki-Moon et l’ONU à traîter le problème des exécutions le plus rapidement possible et nous demandons la création d’un tribunal international pour accuser et condamner les coupables tortionnaires d’un peuple exangue et livré volontairement à la drogue.
L’impunité ne dure qu’un temps surtout au nom d’un dieu qui n’existe pas. Il s’agit ici d’un “concept-limite”, celui de Dieu, et la vérité légitimable de l’athéïsme et de l’apostasie rendra la liberté, la vie et l’espoir à tous les opprimés de toutes les théologies surnaturelles, omnipotentes et caricaturales, de fait imparfaites et débauchées.



Iran : La ballade des pendus, Shirin Ebadi mise en cause

5pendus2.jpg

“Quatre Iraniens ont été pendu ces deux derniers jours en Iran. Trois hommes ont été pendus lundi dans la région de Sistan et Boalouchistan et un autre a été pendu en public dans ville de Gonbad-Kavouss dans la région de Golestan dans le nord de l’Iran. Les 3 premiers se nommaient Abdolaziz Esmail Zehi, Abdoljamal Shah-bakhsh et Ali Akbar Shah-bakhsh et le régime les avait accusés de trafic de drogue et attaque à main armée, mais il se pourrait bien que les pendaisons soient liées aux fusillades qui ont eu lieu dans cette région entre le 13 juillet et le 20 juillet. Le 13, les hommes de cette région hostile au régime, avaient placé une bombe pour viser un convoi des Pasdaran, le lendemain le régime avait réagi par une descente punitive dans plusieurs villages où les plus jeunes et les plus vieux avaient été mollestés en l’absence des hommes. Cette opération avait été répétée le 16 et 18 juillet et finalement le 20, les hommes de la région et les miliciens se seraient affrontés pendant une journée et selon les sources locales il y aurait eu plus d’une vingtaine de morts du côté des Pasdaran et d’autres ont péri sur le chemin du retour vers leur base, victimes de deux tirs de missiles SAM.
Le 4ème pendu est un jeune qui avait selon la presse iranienne, molesté un milicien. Il a été pendu dans la ville de Gonbad Kavouss, où par ailleurs 60 jeunes ont été arrêtés aujourd’hui pour différentes charges dont 3 pour adultère, une inculpation passible de la peine capitale.
Aujourd’hui également, le gouverneur militaire de la ville de Kerman a annoncé la pendaison prochaine de 12 malfrats dont les noms seront publiés. Ces pendaisons soulèvent l’indignation du monde entier mais aucun des soi-disant réformateurs ou militants officiels des droits de l’homme ne condamne ces actes.

Shirin Ebadi, notre lauréate du prix Nobel de la Paix, est absente des débats. Il faut dire qu’elle n’a jamais condamné la lapidation et n’a jamais utilisé les tribunes qu’on lui offre pour parler de cette peine barbare ou pour attirer l’attention de l’opinion occidentale sur la pédophilie rendue légale sous le régime des mollahs.

Shirin Ebadi est l’exemple parfait de « dissident » ou « faux opposant », son rôle est de prouver que l’on peut agir de l’intérieur pour améliorer le système islamique au pouvoir en Iran. Comme tous les faux opposants, elle ne parle pas du vrai Iran ou de ces condamnés à mort, mais d’autres faux opposants.

Ainsi, au lieu de condamner les pendaisons qui ont révolté le monde entier, elle a écrit à la Commission des droits de l’Homme de l’ONU pour dénoncer la « détention arbitraire » en Iran de l’universitaire irano-américaine, Haleh Esfandiari, en réclamant à nouveau sa libération. Haleh Esfandiari ressemble beaucoup à Shirin Ebadi : elle non plus, au cours de sa carrière d’universitaire spécialiste de la condition féminine en Iran n’a jamais cru utile de stigmatiser la pédophilie légalisée par les mollahs ou encore la lapidation.

Tous les jours des iraniens sont pendus sous de fausses accusations mais aucun opposant officiel du régime ne réagit. Il en va de même de la communauté des iraniens vivant en occident, aucun des people iraniens qui ont eu les honneurs de la presse de gauche n’a cru bon de condamner officiellement ces spectacles barbares.”

Propos repris intégralement du site Iran-Resist



Madjid Kavoussifar – A Hero Never Dies

kavoussifar25-72.jpg

Spartakism : Madjid Kavoussifar – A Hero Never Dies
Iran-Resist Pages

Vidéo de l’exécution

Iran – Madjid Kavoussifar et son cousin Hossein Kavoussifar (28 et 24 ans) ont été pendus publiquement ce jeudi 2 août 2007 à l’aube, en plein centre de Téhéran.

“Madjid Kavoussifar, personnage charismatique, avait un discours très politisé et il a entraîné avec lui son cousin et deux autres complices dans 5 attaques de banques à main armée pour “reprendre cet argent du pétrole” qui est régulièrement promis aux Iraniens, mais dont on n’en voit jamais la couleur.
Madjid affirmait qu’il voulait éliminer ces mollahs corrompus, d’où ses actions contre les banques du régime et le meurtre d’un juge corrompu des tribunaux révolutionnaires (nom générique des tribunaux en Iran).
Dans le cas présent, le régime a publié les noms en raison de la nature politique des crimes et des revendications subversives de l’auteur des crimes : Madjid Kavoussifar a toujours affirmé qu’il avait attaqué des banques pour reprendre sa part de l’argent du pétrole, “cet argent qui doit servir le peuple mais ne fait qu’engraisser les mollahs et les Pasdaran”.
En effet, 85% des Iraniens vivent en dessous du seuil de pauvreté, 85% des jeunes de la tranche d’âge de Madjid et Hossein Kavoussifar sont sans emploi et parallèlement, les mollahs et leurs familles s’enrichissent sur le dos de ces démunis en créant des marchés noirs pour tous les produits de première nécessité.
Madjid Kavoussifar et son cousin ont été pendus, accusés de terrorisme, car leurs discours étaient très subversifs et allaient au-delà du cadre du banditisme : ce discours touchait une jeunesse en révolte.
C’est très délibérément que le régime a diffusé les propos très subversifs de Madjid Kavoussifar : le régime des mollahs a voulu adresser directement un message très fort à tous les jeunes iraniens des milieux populaires qui se reconnaissent dans des idées de Kavoussifar.

Ce message est : «Nous vous pendrons car nous en avons les moyens».”
Source : Iran-Resist

Plus d’informations sur Madjid Kavoussifar (Kavousifar) :
En Iran, la vie ne vaut rien (Iran-Resist)



Iran : Pendaison d’un homme à un camion-grue
August 2, 2007, 10:42 am
Filed under: Death Penalty, Hanged, hanging, Iran, Peine de mort, Pendaison, Torture, Vidéo

[livevideo id=8BA17720278C49BC8820CC73958CAC39]