Spartakus, queer et subversif


Existrans, Contre la Psychiatrisation, Paris, 6 octobre 2007
October 8, 2007, 7:44 am
Filed under: 2007, AIDS, Existrans, Gay, LGBT, Manif, Other Video, Paris, Psychiatrisation, Trans, Transsexuel


Chris Crocker: Gay People Don’t Want to Fight in Iraq War
September 28, 2007, 10:54 am
Filed under: 2007, Chris Crocker, Gay, Homosexuality, Iraq, Iraqi, Lesbian, LGBT, Other Video, Queer, Spartakism, Trans, Transsexuel, USA, Vidéo, War


Solidarité homosexuelle : Les Bangas de Tjenbé Rèd

Communiqué de Tjenbé Rèd : Jeunes LGBT à la rue – Tjenbé Rèd interpelle les pouvoirs publics et lance le programme «Les Bangas de Tjenbé Rèd»

Paris, le jeudi 30 août 2007
En juin dernier, le magazine Têtu évoquait les jeunes personnes SDF lesbiennes, gaies, bi & trans (LGBT), mises à la porte ou menacées par leurs familles. Depuis quatre mois, ce fait de société est notre réalité. Fondée le 1er mai dernier seulement, l’association Tjenbé Rèd a en effet déjà reçu plusieurs appels au secours de jeunes LGBT d’origine antillaise ou africaine. Les circonstances sont souvent les mêmes : ces jeunes commencent à vivre leur propre vie, leurs familles fouillent leurs chambres et découvrent des lettres ou des magazines ; parfois des menaces de mort plus ou moins voilées sont proférées ou l’expulsion du domicile familal est prononcée. Aujourd’hui, Tjenbé Rèd héberge ainsi deux jeunes d’une vingtaine d’années. Problème : elle n’a pas à ce jour les moyens de pérenniser ce soutien. Elle doit les trouver d’urgence.

Ce constat renforce notre exigence de politiques publiques contre les homophobies, contre les suicides de personnes LGBT, pour le soutien aux jeunes personnes LGBT mises à la porte ou menacées par leurs familles. En attendant que les pouvoirs publics s’impliquent, nous lançons notre propre programme communautaire : «Les Bangas de Tjenbé Rèd». Une banga, c’est une maisonnette provisoire qui permet aux jeunes Mahorais de quitter progressivement le domicile familial et d’entrer à leur rythme dans leur propre vie. Notre intention est ainsi de permettre, autant que possible, aux jeunes personnes LGBT mises à la porte ou menacées par leurs familles d’éviter la rue et d’échapper notamment à la prostitution forcée. En ce sens, nous lançons un double appel :

1°/ Aux jeunes personnes LGBT concernées, afin qu’elles nous fassent davantage encore part de leurs témoignages et de leur besoins pour que nous puissions les aider d’abord, nous faire ensuite un avis le plus précis possible de leur réalité.

2°/ Aux personnes LGBT ayant les moyens de nous soutenir matériellement (une chambre d’amiEs ou un clic-clac dans le salon à mettre à disposition pendant 24 heures, une semaine, trois mois…), moralement (un peu de temps à donner ou une oreille à prêter…) ou financièrement (des sous pour payer une chambre d’hôtel, à manger, des tickets de métro…) afin que nous puissions accompagner ces jeunes personnes et organiser autour d’elles un véritable réseau de solidarité destiné à casser d’emblée la spirale de dégradation dans laquelle elles pourraient, encore sous le coup de la récente brutalité de leur famille biologique, entrer.

Contactez-nous au 06 10 55 63 60, par courriel à l’adresse contact@tjenbered.fr, par MSN à la même adresse électronique ou par courrier (Association Tjenbé Rèd, c/o David Auerbach Chiffrin, 113, bd Voltaire, Paris XIème).
N’hésitez pas : c’est pour une urgence.



Sizakele Sigasa et Salome Masooa assassinées, Liberation 4 all Africans

L’IGLHRC et «Liberation 4 all Africans» (Libération pour tous les Africains) mène une veille (vigil) pour honorer les activistes LGBT assassinées et pour protester contre les crimes contre les lesbiennes en Afrique du Sud. L’IGLHRC soutient le travail d’autres organismes d’activistes en diffusant les informations importantes sur les questions des droits de l’homme affectant les communautés LGBT dans le monde entier.
(New York, 8 août 2007) – Le 14 août 2007, les membres de «US-Based Liberation 4 all Africans Committee» tiendront un vigil pour protester contre le taux croissant de crimes contre les activistes lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) et de HIV/SIDA en Afrique du Sud, et dans tout le continent.
Exaspérés, par le double meurtre non résolu le 7 août 2007, de Sizakele Sigasa et Salome Masooa, en solidarité avec le «Joint Working Group», «The Alliance for Campaign 07-07-07», tous les organismes LGBT d’Afrique, les groupes des droits LGBT internationaux et toutes «personnes de conscience» autour du monde condamnent l’impunité avec laquelle des crimes de haine contre des Africains LGBT sont commis.
Nous honorons les vies de Thokozane Qwabe, Sizakele Sigasa, Salome Masooa, Simangele Nhlapho, Madoe Mafubedu, Zoliswa Nonkonyana, Eddy Fannyann, Erelu Oludare Odumuye et tout ceux qui sont morts en raison des crimes de haine et/ou du manque d’accès aux médicaments et aux soins du HIV. Nous nous joignons aux familles et aux amis de toutes les victimes et survivants des crimes de haine en exigeant des investigations complètes et opportunes sur tous les cas rapportés, et la condamnation de tous les malfaiteurs de ces actes ignobles. Nous nous joignons aux communautés LGBT d’Afrique du Sud, lors de la journée nationale des femmes, 9 août 2007, et nous réclamons l’arrêt de toutes formes de violence contre les femmes et les jeunes filles, les personnes « non conformes de genre », et les membres des communautés LGBT. Nous exigeons des services médicaux décents et des traitement pour les personnes qui vivent avec le HIV/SIDA, et la fourniture du «post-exposure prophylaxis» (PEP) pour les victimes de viol.
Après avoir été encouragés en 1996, par de la nouvelle déclaration des droits sud-africaine prévoyant la non-discrimination sur le genre et l’orientation sexuelle, nous sommes profondément déçus par la tendance naissante du silence des délégations sud-africaines de l’ONU au sujet des Droits Internationaux LGBT, et plus récemment le 20 juillet 2007, au Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC). Nous ne resterons pas passifs au sujet des vies de nos leaders les plus courageux et marginalisés.

Contact : Kagendo Murungi : +1-646-287-5394
email : kagendo2003@yahoo.com
Doyin Ola : +1-917-952-0347 ; email : doyino@hotmail.com
«Liberation 4 all Africans» est un comité de lesbiennes africaines, gays et transgenres basé aux USA.
http://www.myspace.com/liberation4allafricans
africanliberation@gmail.com



Nigéria : Exécution de 18 homosexuels en vertu de loi islamique

bkackii3.jpg

Nigéria : Exécution de 18 homosexuels en vertu de loi islamique

La situation difficile des personnes gays autour de la planète ne suscite que peu d’attention aux organismes gays des Etats-Unis. Tandis que les organismes politiques LGBT en Amérique demeurent relativement insouciants au sujet des droits de l’homme maltraités et nos frères et soeurs dans des pays trop lointains, ils ne font pas l’objet d’articles dans les journaux.
Ceci étant dit, voici quelques nouvelles très déprimantes, extraites du service de l’Agence France-Presse :
Dix-huit hommes ont été arrêtés au Nigéria-Nord pour sodomie déclarée, ce qui est passible de la peine de mort en vertu de la loi islamique et de la sharia de l’état de Bauchi, rapporté jeudi par l’agence NAN.
Le juge Malam Tanimu a renvoyé en prison les 18 personnes jusqu’à la prochaine audition le 24 août, après leur arrestation dimanche dans un hôtel de la ville de Bauchi.
La cour mercredi a constaté que ces hommes, qui portaient des vêtements féminins, étaient venus de cinq états voisins pour célébrer un “mariage” gay. Ils seraient accusés d’offense sexuelle et de sodomie. L’officier de police Tadius Boboi a dit que ces hommes avaient violé le code pénal de la sharia adopté dans Bauchi et d’autres états du Nigéria-Nord, musulman depuis huit ans lors de la fin du régime militaire.
Dans l’état nigérian le gouverneur doit donner son approbation à la sharia avant que des punitions comme la mort ou l’amputation soient prononcées par les cours de la sharia et ne soient effectuées réellement.

Article de référence Michael Petrelis



Opus Dei versus Tranzmaricabollo (Spain)

tranzposter.jpg

Communiqué Tranzmaricabollo :

NOUS DÉFENDONS LA LIBERTÉ D’EXPRESSION

Devant l’accusation d’un groupe catholique, qui a déclenché une enquête judiciaire en rapport à une des créations artistiques exhibées lors du festival artistique Transmarikabollo (Transfagdyke), qui a eu lieu à Barcelone en septembre 2006, de thème gay, lesbien et transsexuel (LGBT), pour offense supposée aux sentiments religieux :
Nous affirmons que l’objectif du festival mentionné ci-dessus est de stimuler la création artistique libre et la construction du genre, et dans aucun cas d’offenser n’importe quel sentiment religieux.
Nous considérons que cette accusation représente une grande atteinte à la liberté d’expression, une menace à la création artistique et culturelle et une entrave à l’exercice des droits civiques.
Nous considérons que dans un état séculaire et démocratique, le questionnement sur la légalité de certaines expressions artistiques et culturelles de genre LGBT est une restriction inacceptable de la liberté d’expression. En conséquence, les personnes, les groupes, les collectifs, et les établissements qui signent cet appel à un engagement ferme de la défense de la liberté d’expression, et éviter que des accusations telles que celles-ci (que nous percevons comme une offense aux droits LGBT) puissent prospérer.
Barcelone, juillet 2007.

Nous collectons des signatures que nous pourrons apporter en septembre au bureau du juge.
Nous enverrons des formulaires que vous pourrez signer.
Pour nous aider dans cette campagne, envoyez un e-mail nous indiquant votre accord pour participer, ou envoyez une lettre à cette adresse :
Front D´Alliberament Gai de Catalunya
Calle Verdi 88, bjs
08012 Barcelona
Espagne

 

WE DEFEND FREEDOM OF EXPRESSION

Before the accusation from a Catholic group, which has triggered an investigation by the District Attorney´s office in relation to one of the artistic creations exhibited within the context of the artistic festival TransMarikaBollo (TransFagDyke), taken place in Barcelona in September 2006, of a Gay, Lesbian and Transsexual (GLT) theme, for its supposed offense to religious sentiments:
We manifest that the objective of the above mentioned Festival is one of fostering free artistic creation and the construction of gender, and in no case whatsoever of offending any religious sentiment.
We consider this accusation to represent a great assault against the right of freedom of expression, a threat to artistic and cultural creation and a complication in the exercise of civil rights.
We consider that in a secular and democratic state, the questioning of the lawfulness of certain artistic and cultural expressions of a GLT theme mean an unacceptable restriction of freedom of expression.
Consequently, the people, collective groups, and institutions below, in signing, appeal to the firm commitment of the defence of freedom, and avoid that accusations such as this one, which we perceive as an offence to the rights of the collective of GLTs, can prosper.
Barcelona July 2007.

We are recolecting hand signatures nd stamps from collectives soo we can show it to the district attorney´s office next setember. We send u the formularies where people an colectives can sign. If you want to help us in this campaign please send us an email telling us that u want to colaborate or just before the 1st of setember send the signatures to:
Front D´Alliberament Gai de Catalunya
Calle Verdi 88, bjs
08012 Barcelona
Spain

Merci pour votre aide.
redcontralahomofobia@gmail.com